se téléporter
Société

Ce serait génial si on pouvait se téléporter ! Vraiment ?

29 juillet 2018

Qui n’a donc jamais rêvé de passer d’un point A à un point B en une fraction de seconde ? Fini les embouteillages, les interminables attentes à l’aéroport et les retards de trains peu familier avec le mot « ponctualité » !

Mieux encore, la téléportation permettrait de nous extraire de situations ennuyeuses, inconfortables, voire anxiogènes ! La vie sera enfin plus agréable, plus excitante, et surtout, dépourvue de contraintes. Mais voilà, pour ceux qui me connaissent un peu, vous savez que lorsque j’utilise mon fameux « mais voilà », il y aura du dégât !

Ceux qui viennent d’atterrir ici par inadvertance se demandent bien ce que je vais pouvoir leur déballer. À quoi bon philosopher sur un phénomène qui n’existe pas (encore) ? C’est sûrement encore un de ces blogueurs amateurs qui ne sait pas quoi faire de sa vie ! Est-il seulement au courant de l’existence de Netflix ?

Ne vous inquiétez pas, la lecture de cet article ne vous prendra pas plus de 10 minutes. Vous pourrez regarder votre neuvième épisode de Game of Thrones de la journée, juste après !


Le désir humain


On a souvent tendance à dire que l’humain cherche avant tout à se faire plaisir. Bien que cela ne soit pas totalement faux, nous cherchons prioritairement, selon moi, à éviter le déplaisir !

J’ai beau l’avoir étudié en long et en large, je ne me pencherai pas sur les théories freudiennes en la matière. Cela enlèverait une partie de mon observation dans l’article puis à quoi bon encore citer Sigmund! Ce savant génie des pulsions, qui n’aura jamais eu la chance de connaître les réseaux sociaux !

Il ignore notre addiction au smartphone pour aller consulter Facebook, Instagram et autres, qui sont nos nouvelles sources de « plaisirs instantanés« . Ces formes de petites récompenses sont omniprésentes dans notre quotidien, mais tendent à augmenter les formes de déplaisir. En effet, tout ce qui aujourd’hui ne peut pas être obtenu directement, risque de nous agacer.

Je vais vous donner un exemple.


Les nouvelles paresses


Il est aujourd’hui possible d’effectuer un tas d’actions depuis internet sans même devoir nous nous déplacer. Nous pouvons réserver nos vacances sans aller en agence, faire un virement sans passer par notre banque, voire acheter des tickets de concerts sans faire la queue !

Cette liste est bien sûr non-exhaustive et il vous sera venu un tas d’exemples, à l’esprit. D’ailleurs, je ne remets pas en cause le côté pratique d’internet. Cela nous offre le luxe d’éviter déplacements et longs moments d’attentes dans des endroits pas toujours très folichons.

Passer une heure à régler de la paperasse administrative, cela emmerde tout le monde, moi le premier! Mais voilà, ce n’est pas parce qu’on se facilite la vie qu’elle devient plus riche! De plus, facilité rime souvent avec manque d’efforts !

Il y a 12 ans maintenant, en bon mordu de tennis que je suis, j’avais une énorme envie d’aller à Roland-Garros. A l’époque, il était impossible de commander les billets sur internet. Pour les non privilégiés, il fallait se déplacer sur place une semaine avant pour acheter ses places.

Je me souviens donc m’être levé à 4h30 du matin pour faire 4 heures de train, 30 minutes de bus et…9 heures de queue !!! Oui 9 heures sans boire, manger, pisser, et surtout, sans la certitude d’avoir des billets ! En effet, le nombre de places étaient limitées tout comme l’heure de fermeture, d’ailleurs.

Pour ceux qui ont déjà vécu pareille situation, vous savez qu’une fois que vous tenez le précieux sésame en main, le degré de joie est bien plus élevé que si vous aviez obtenu vos billets en quelques clics. Pour la petite histoire, j’ai même raté mon dernier train! Je me suis retrouvé loin de chez moi (j’habitais au Luxembourg), bloqué à Paris, sans argent, et j’ai vécu une des soirées les plus invraisemblables de ma vie ! 

Peut-être en ferais-je un article un jour, qui sait ?

Bref, tout ça pour dire que si à l’époque, on avait pu commander directement sur internet, j’aurais économisé (beaucoup) de temps et de l’argent ! Par contre, émotionnellement, je n’aurais pas vécu une invraisemblable histoire à raconter ! Je vous accorderai qu’il y a bien sûr une part aléatoire.

Pas sûr, qu’en vous déplaçant à votre banque pour ouvrir un compte plutôt que de le faire en ligne, vous auriez une anecdote folle à partager…sauf si vous décidez de braquer la banque!

Toutes ces nouvelles formes de facilités d’accès ne renforcent finalement que notre paresse, notre manque d’efforts. Dans un tout autre registre, vous aurez déjà pu croiser des personnes se déplaçant en gyropode. Ce type de véhicule électrique à deux-roues présente bien des qualités de déplacements plus rapide et ne serait pas polluant.

Toutefois, je m’interroge quand même lorsque je vois des enfants se déplacer avec ces engins dans les parcs. N’est-ce pas à cet âge qu’on aime courir et sauter quitte à tomber ? Je ne renie pas l’aspect pratique et fonctionnel de cet objet. D’ailleurs, vous pourrez me rétorquer que l’humain a bien inventé de nombreux moyens de transports !

Néanmoins, j’estime qu’avec le gyropode, nous avons franchi une étape supplémentaire qui me pose question quant à la paresse humaine. Je vais prendre un exemple afin que vous visualisiez mieux. Vous rentrez chez vous, habiter au deuxième étage et prenez l’ascenseur. Rien de bien méchant si vous devez prendre les escaliers, mais si l’ascenseur est en panne, cela va vous agacer de gravir ces quelques marches, à pied.

Plus frappant encore, vous êtes à votre station de métro et constatez que l’escalator est en panne. N’avez-vous pas cette impression que vos jambes sont plus lourdes qu’en temps normal? Nous sommes aujourd’hui conditionné à prendre escalators et ascenseurs, mais ce sont des actions peu fréquentes sur une journée finalement.

Qu’en serait-il si à terme, nous nous déplacions uniquement en gyropode sur le trottoir, dans les parcs, etc ? Saurions-nous encore marcher et courir comme nous le faisons aujourd’hui ? J’émets quelques doutes à ce sujet…


La facilité pour simplifier la réalité


Je vais reprendre un exemple sur le tennis. Pour ceux qui comme moi, n’ont pas connu cette époque, vous avez sûrement déjà vu à quoi ressemblaient les raquettes de l’époque.

Entièrement en bois, minuscule tête de raquette et maniabilité restreinte, je peux vous dire que ces raquettes sont à des années-lumières de celles d’aujourd’hui! En effet, ces dernières, en carbone, sont devenues plus légères, puissantes et tolérantes. A défaut d’être toujours plus spectaculaire, la vitesse de jeu a nettement augmenté.

Ceci dit, je me demande à quoi ressembleront les raquettes dans 50 ans. Nous aurons peut-être des modèles électriques qui permettront à tout un chacun de pouvoir se débrouiller. Le physique et la technologie auront pris les pleins pouvoirs sur le talent pur. Fini le temps d’un Borg, Sampras ou Federer qui pourrait vous mettre la misère avec une vulgaire raquette de plage !

D’autres exemples vous viennent probablement à l’esprit ! J’aime évoquer le sport, car il défend des valeurs de dépassement de soi ! Ne dit-on pas: « à force de vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». Cet apanage est encore bien présent aujourd’hui malgré les avancées technologiques. Tout le monde en bénéficie et il faut donc trouver d’autres moyens de se démarquer à travers le physique, le mental et la stratégie.

Mais combien de temps cela pourra durer ? Un autre débat sur la technologie qui dépasserait l’homme referait surface. Je ne vais pas l’ouvrir ici, mais nous pourrions légitimement nous poser la question de l’impact de l’homme sur une performance. Heureusement, dans la plupart des sports, cette dernière est beaucoup plus dépendante des caractéristiques du sportif que de son matériel dernier cri.


Revenons-en à la téléportation


Vous pourriez croire que je me suis un peu éloigné de mon sujet initial. En fait, la téléportation serait une ultime suite logique de mes exemples précédents.

Ici, il n’est pas uniquement question de bannir mouvements et efforts, mais bien d’une révolution de l’humanité. Les avantages peuvent être nombreux. A la manière dont nous disposons de toute information à l’autre côté du globe en temps réel, nous pourrions nous déplacer n’importe où de la même façon.

Fini d’attendre, la société de l’immédiateté aura franchi un (énorme) pas supplémentaire ! Le retard du train, la lenteur du bus, les bouchons en voitures, les turbulences dans un long voyage en avion…tout ça serait enfin fini ! Cette liste est évidemment non-exhaustive, mais que se passe-t-il si nous poussons la réflexion plus loin qu’à l’accoutumée ?

Les moyens de transport n’existeront plus ! Certes, il y aura également moins de pollution, mais qu’en sera-t-il de nous, humains et travailleurs ? Plus de pilotes, de chauffeurs, de guichetiers (ah ça c’est déjà presque le cas), d’hôtesses, de mécaniciens etc. Bref, des millions d’emplois seraient supprimées au profit de la facilité, rapidité et connectivité !

Me manque plus que le mot illimité et je croirais entendre une pub de mon opérateur de téléphonie.


L’inégalité des richesses poussées à l’extrême

Une question essentielle me vient à l’esprit. Qui pourra bénéficier de la téléportation ? Vous vous doutez bien que rien qu’en voyant le prix de l’Iphone à sa sortie, un téléporteur ne pourrait être accessible à toutes les bourses. Pire, il ne servirait qu’au plus nantis !

Disposer de cet objet unique nous permettant de disparaître, serait un luxe non-égalé jusqu’ici. Mais qui dit disparaître dit, fuir ses responsabilités, s’extraire d’une situation compromettante, voire passer entre les mailles du filet. Nul doute que certains pouvoirs en place en profiteront pour appuyer une forme de dictature en l’utilisant à leur guise.

Le peuple, représenté par une masse de nouveaux chômeurs, aura-t-il encore une voix à faire entendre ? Je crains que sa marge de manoeuvre n’en sera que fortement réduite et que les personnes risqueraient de se bouffer entre elles pour s’en sortir financièrement.

Tout cela mériterait d’être expliqué plus en détails, mais ce n’est qu’une image d’un scénario possible. En laissant aller votre imagination, vous verrez que bien d’autres sont envisageables sans pour autant être aussi négatif que le mien.


Le contact humain en péril

Inutile d’attendre l’arrivée de la téléportation pour évoquer ce sujet ! Nous sommes déjà bien dedans ! Tout le monde connaît déjà parfaitement l’exemple du smartphone qui fait souvent office de voile entre-nous et les personnes qui nous entourent.

Rien de mieux que de faire une storie Instagram plutôt que de devoir entamer une conversation avec les personnes qui nous entourent. Bref, laissons les filmeurs en herbe tranquille ! Je voudrais vous parler d’un autre exemple, qui semble plus anodin, mais tout autant sujet au questionnement.

Il s’agit des caisses automatiques en grande surface. Je ne remets à nouveau pas en cause le côté pratique et je dois bien vous avouer que je les utilise souvent. C’est une question de facilité et surtout de rapidité ! Mais voilà, c’est aussi encore l’occasion d’éviter un contact humain, aussi banal soit-il.

Ce pas vers la technologie est un pas de plus vers notre côté antisocial !

Ayant voyagé en Australie, je vous accorderai que les caissières sont globalement bien plus sympathiques que celles que nous avons en Europe Centrale. Toutefois, lorsque je vois des personnes au téléphone ou avec leurs écouteurs lorsqu’ils passent à la caisse, je me dis que les bonnes manières se perdent.

Enfin, point de vue travail, les caisses automatiques créent également des suppressions d’emplois !


Mot de fin


La téléportation, à mon humble avis, ne nous aidera pas à recréer des liens avec autrui. Au contraire, elle renforcera notre sentiment d’individualisme. Les personnes prendront cette (mauvaise) habitude de pouvoir effectuer seules, de nouvelles actions, en un temps record, qui plus est.

L’autonomie sera accrue à tel point, que toute aide humaine intermédiaire, risque de disparaître. Plus besoin de raconter vos péripéties, vous n’en aurez plus ! Fini ce long voyage pleins de rebondissements ! Heureusement, vous me dites ? Peut-être, mais personnellement, j’aimerais bien pouvoir raconter quelques histoires à mes petits enfants !

Mon périple à Roland-Garros ne serait plus possible aujourd’hui ! 12 ans plus tard, je viens de reprendre des billets. Cela m’a pris 5 minutes et ça me soulage bien sûr de ne pas devoir me déplacer et attendre des heures dans une queue interminable ! Le voyage en train et les matches me laisseront peut-être pleins de souvenirs.

Toutefois, j’ai bien peur que le jour ou en plus de prendre mes places en ligne, que je me téléporterais à Paris et que les joueurs dépendent de leurs raquettes de tennis électriques, je ne frissonnerai plus autant.

Heureusement, cette réalité, en plus d’être subjective, n’existe pas encore…mais méfions-nous quand même !

 

Et vous, que pensez-vous d’un monde où la téléportation serait possible ?

 

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaires

    Laisser un commentaire